Liens de la barre de menu commune

Archivé — Le crédit (3)

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Je suis endetté jusqu'au cou. Qui peut m'aider?

N'oubliez pas les signaux d'alarme énumérés plus haut. Si vous vous reconnaissez dans au moins un de ces signaux, il est temps de réorganiser vos finances. Agissez avant d'avoir les créanciers aux trousses.

La première chose à faire, c'est de recueillir tous les renseignements nécessaires : votre revenu, vos dépenses, vos dettes, les dettes qui sont garanties et de quelle façon. Vous devez connaître exactement l'ampleur du problème.

Il existe dans plusieurs provinces et territoires, des organismes sans but lucratif de consultation budgétaire. Ceux-ci examinent votre situation financière et vous proposent des solutions. Ils peuvent peut-être créer un programme de remboursement de dette approuvé par le créancier. Certains de ces fournisseurs de services peuvent vous demander des frais d'utilisation minimes.

Vous pouvez consulter la liste des organismes non gouvernementaux de consultation budgétaire qui existent dans chaque province ou territoire (www.canlaw.com/credit/counselling.htm) (en anglais seulement).

Si, dans votre région, il n'y a pas d'organisme sans but lucratif de consultation budgétaire, cherchez une entreprise qui demande des frais minimes pour ses services. Demandez ce qu'on offre en échange et si on peut vous montrer ce qu'on peut faire pour vous. Si vous avez des questions, adressez-vous à l'organisme de protection du consommateur de votre province ou territoire.

Autres options :

  • Parlez à vos créanciers et essayez de renégocier vos paiements.
  • Envisagez d'obtenir un prêt de consolidation de dettes; les frais d'intérêt sont habituellement établis au taux préférentiel plus un pourcentage déterminé par le prêteur, ce qui est généralement moins élevé que le taux des cartes de crédit. Vous aurez peut-être besoin d'un cosignataire, d'une autre garantie ou des deux à la fois.

Les courtiers en prêts

Les consommateurs peuvent se tourner vers des courtiers en prêts, qui mettent souvent des annonces classées dans les journaux ou font de la publicité à la télévision. Les courtiers en prêts peuvent imputer des frais en plus des intérêts. Dans la majorité des provinces et territoires, les lois touchant les frais d'emprunt considèrent que ces coûts font partie intégrante du taux d'intérêt, qui lui, ne peut excéder 60 p. 100 en vertu du Code criminel.

Les courtiers en prêts à commission escomptée

Certains courtiers en prêts demandent des frais à l'avance pour obtenir ou fournir un prêt à un consommateur. Eux aussi mettent souvent des annonces classées dans les journaux ou font de la publicité sur les sites Internet.

Dans certains territoires et certaines provinces, il est illégal de demander des frais — qu'on les appelle dépôt, assurance ou simplement frais d'administration — avant que les emprunteurs ne reçoivent de l'argent. Certains emprunteurs ont déjà versé à des agences des frais allant de 200 $ à 1 500 $ sans recevoir de prêt en échange, et se sont retrouvés encore plus démunis.

Les autres sources d'argent possibles

Diverses entreprises non convention-nelles vous offriront leur aide si vous avez des problèmes financiers, notam-ment les bureaux de prêt de quartier et les services d'encaissement de chèques.

Leurs services coûtent souvent plus cher que les autres options. Elles exigeront probablement un taux d'intérêt ou des frais élevés. Envisagez plutôt d'autres options. Ce serait sans doute plus avantageux d'obtenir un prêt ou une marge de crédit.

Les entreprises qui promettent de rebâtir votre solvabilité

Certaines entreprises promettent, en échange de certains frais, de rebâtir votre solvabilité en prétendant agir en votre nom pour améliorer — rapidement — votre dossier de crédit. Ceux-ci atteignent souvent 1 500 $. En réalité, aucune entreprise de ce genre n'a le pouvoir de changer ou d'effacer des renseignements exacts dans le dossier de crédit d'un consommateur, comme les paiements faits en retard. La seule façon d'améliorer une mauvaise cote de solvabilité, c'est de travailler avec vos créanciers et de leur montrer que vos habitudes de paiement se sont améliorées.

Les risques qu'il y a à être cosignataire

Soyez sur vos gardes si l'on vous demande comme cosignataire d'un contrat de crédit, car cela entraîne de lourdes responsabilités. En effet vous vous engagez, auprès d'une institution financière, à rembourser le prêt si l'autre signataire est incapable de le faire. Pouvez-vous vraiment vous permettre de rembourser la somme entière à vous seul?

Examinez bien la situation de l'ami ou du parent qui vous fait cette demande. Si l'institution financière exige qu'il y ait un cosignataire, il y a sûrement une bonne raison à cela. Il se peut que cette personne représente un risque trop élevé pour l'institution financière.

Si la personne n'honore pas ses paiements, la cour pourrait rendre un jugement vous obligeante à rembouser la dette en entier. Cela risquerait de nuire à votre dossier de crédit ainsi qu'à vos finances.

Un mot sur la faillite

La faillite devrait être la dernière solution envisagée si vous ne pouvez respecter vos engagements financiers en faisant des versements abordables pendant un certain temps. La faillite est une démarche grave aux nombreuses conséquences, et ce n'est peut-être pas la solution à vos problèmes de gestion financière. Quand vous faites faillite, vos biens, sauf tous les biens exemptés qui sont indiqués dans une loi provinciale ou territoriale, sont confiés à un fiduciaire. Celui-ci les vend et distribue l'argent ainsi obtenu à vos créanciers. À quelques exceptions près, vous n'êtes plus responsable des dettes que vous aviez accumulées.

Les effets immédiats de la faillite

  • Certaines dettes sont complètement effacées : les cartes de crédit et les factures de services médicaux et de services publics, etc.
  • Certaines dettes ne disparaissent pas : la pension alimentaire pour enfants, les allocations d'entretien, etc.
  • Les prêts étudiants de moins de 10 ans ne sont pas effacés par la faillite.
  • Vous devez renoncer aux biens qui ne sont pas exemptés. Les lois n'étant pas les mêmes partout au Canada, prenez soin de vérifier quelles sont les exemptions qui s'appliquent à vous en vertu de la loi provinciale ou territoriale, notamment en ce qui touche vos objets personnels et vos meubles. Vous pouvez peut-être garder votre automobile si vous arrivez à prouver que vous en avez besoin pour travailler.
  • Les créanciers non garantis ne peuvent plus prendre de mesures judiciaires pour recouvrer leurs créances; en outre, ils ne peuvent plus vous menacer de poursuites judiciaires.
  • Pour faire faillite, vous devez payer une taxe de dépôt et des frais à l'agent chargé d'administrer la faillite.

Les effets secondaires de la faillite

  • Le crédit que vous obtiendrez plus tard pourrait vous coûter plus cher.
  • Vous aurez peut-être de la difficulté à vous faire cautionner, ce qui est une exigence de certains emplois.
  • La faillite peut demeurer quelques années dans votre dossier de crédit, selon la province ou le territoire.
  • La faillite peut entraîner de graves conséquences dans d'autres aspects de votre vie, notamment l'attitude de votre famille, de vos amis et de votre milieu.

Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez le site Web du Bureau du surintendant des faillites Canada, d'Industrie Canada (www.osb-bsf.ic.gc.ca). Vous pouvez aussi vous mettre en rapport avec le Bureau du surintendant des faillites Canada le plus proche ou avec l'organisme chargé de la protection du consommateur de votre province ou territoire (consultez les pages gouvernementales de l'annuaire téléphonique).